DR

4 Drones EP

Label(s) : Etched Traumas
Sortie : 20 octobre 2014


Share on Facebook0Tweet about this on TwitterEmail this to someone
Aujourd’hui, petite friandise sans conséquence mais non sans charme pour les férus d’ambient minimaliste. Ce 4 Drones aussi épuré que son titre le laisse présager nous vient d’un certain Dominic Razlaff via le netlabel grec Etched Traumas, toujours fidèle à l’esthétique Do It Yourself voire carrément lo-fi (les clics apparents de 27_12 qui n’empêchent nullement l’immersion d’opérer) et à l’éthique du libre téléchargement.

Lâché en janvier en autoproduit sur Bandcamp puis réédité le mois dernier, cet EP n’est qu’une étape parmi bien d’autres dans la disco déjà pléthorique de l’Allemand, qui compte pas moins d’une douzaine de sorties rien que depuis mai, allant du 2-titres à l’album complet (deux longs formats ont ailleurs vu le jour ce mois-ci, Granular Synthesis et Träume). Doit-on pour autant en déduire que le musicien publie tout ce qu’il produit sans y regarder de trop près ? Il y a sans doute de ça mais c’est justement ce qui fait tout le potentiel de séduction de ce 4 Drones, la captation d’un sentiment « brut » à chaque titre, la douce sensation de l’instant sans que l’émotion soit érodée par la post-production, de l’amateurisme prétendront sûrement les pédants audiophiles et ils auront raison.

Qu’importe, des nuages de scories de Dark Days à la liturgie poussiéreuse de Why Not! en passant par la béatitude embrumée de 06_01 et les rais de lueur vacillants de 27_12, c’est précisément cette accointance de la pureté mélancolique des harmonies avec le hiss le plus négligé qui fait tout le prix de ces loops de synthés et de field recordings manipulés.


Télécharger DR4 Drones EP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

  • Encore une totale découverte faite ici, et une de plus !
    Tu parles de disco pléthorique, le mot est faible. J’ai jeté un coup d’œil via le lien Bandcamp. Toutes ces sorties, aussi rapprochées et régulières, c’est carrément de l’obsession !
    La musique de ce Dominic Razlaff est ultra minimaliste, répétitive et lo-fi. On peut vraiment parler de drone music. Mais la force de ces titres (du moins, ceux que j’ai écouté), c’est la durée relativement courte qui évite trop de lassitude.
    A +