Leyland Kirby

We Drink To Forget The Coming Storm

Label(s) : History Always Favours The Winners
Sortie : 9 mai 2014

Étiquettes : ,


Sur la pochette, au côté d’un œillet aux couleurs passées symbolisant les dernières heures du romantisme, un répondeur désespérément silencieux dont le graphisme signé Ivan Seal évoque la solitude des toiles d’Edward Hopper : à n’en pas douter Leyland Kirby exilé à Cracovie avait le whisky pour seul compagnon au jour de son quarantième anniversaire, le 9 mai dernier, date choisie pour dévoiler cette série de quarante instrumentaux fidèles à son goût pour les méditations en clair-obscur.
A la croisée des récollections anachroniques de son projet The Caretaker et des rêveries à la fois candides et crépusculaires qui culminaient en 2009 sur son triple-album fleuve Sadly, The Future Is No Longer What It Was marqué par l’influence du compositeur lynchien Angelo Badalamenti, le Britannique entretient la fragile lueur qui le sépare des abîmes passés et à venir. Ambivalence d’un piano dépressif tantôt spleenétique ou troublé auquel répondent les nappes de cordes bontempi et autres chœurs synthétisés, We Drink To Forget The Coming Storm ne cache pas l’artificialité de ses berceuses aux variations ultra-minimalistes, conçues pour être rassurantes mais régulièrement gagnées par les ombres voire par une certaines anxiété.
En bon disciple de Brian Eno, Leyland Kirby – qui vient également de sortir un nouveau V/Vm – revient aux sources d’une ambient d’accompagnement, dont la mélancolie peut facilement se muer en neurasthénie si vous faites l’erreur de lui prêter trop d’attention : c’est ainsi l’esprit occupé que l’humeur de ce nouvel opus au son volontairement feutré vous gagnera le mieux, investissant l’espace minute après minute jusqu’à s’y dissoudre pleinement au bout de ses trois heures de douce déprime qui hanteront longtemps votre subconscient.

 

Télécharger Leyland KirbyWe Drink To Forget The Coming Storm (disponible à prix libre pour 40 jours et 40 nuits seulement à compter de sa sortie)
Edit : Plus disponible

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Pour fêter ses 40 ans, Leyland Kirby propose un projet atypique, autant dans la tracklist (40 titres, 1 par année d’existence) que dans la distribution (prix libre pendant les 40 first jours). « We drink to forget the coming storm » reste dans sa lignée Dark Ambiant/Drone et néo-Classic. Un album d’une sombre beauté crépusculaire.
    Pertinente ta comparaison avec Edward Hopper pour la pochette, d’ailleurs très réussie.
    Entre le monument gargantuesque « Sadly, The Future Is No Longer What It Was », « Eager To Tear Apart The Stars » ou sa trilogie « Intrigue & Stuff », Kirby est toujours au top….et même sous le pseudo The Caretaker !!!
    A +