God's Sleeping Disorder

Faeries of the Chasm EP

Label(s) : Korvustronik
Sortie : 06 mars 2014

Étiquettes : ,


Quelques jours après l’excellent Rota do Vento du combo Monte 6, c’est à un autre projet parallèle du Portugais Babalith que l’on s’intéresse dans le DDDD. Décidément généreux, André Consciência nous offre en effet ces jours-ci le premier EP de God’s Sleeping Disorder qui le voit cette fois croiser le fer avec le guitariste black metal Lino Mateus.

 

A la croisée d’un dark ambient tribal hanté par les bourdonnements lancinants de la guitare du sus-nommé et d’un black metal qu’on aurait dépouillé de toute velléité rageuse, Faeries of the Chasm met en musique un étrange rituel guerrier, tout en montées de tension qui n’éclatent jamais vraiment à la mesure des martèlements martiaux sur A Rumour of Sharp Teeth ou des roulements de tambours militaires de The Khuddam Warlord. Seule référence directe au folklore black, les babillages démoniques du bien-nommé Goblin Migration néanmoins réléguées en arrière-plan comme s’il s’agissait d’une transmission extra-terrestre, autant dire que ces fées de l’abysse à défaut d’enchanter les gardiens du temple metal norvégien nous ont d’emblée mis dans leur poche.

 


Télécharger God’s Sleeping DisorderFaeries of the Chasm EP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Chris :

    A l’écoute du 1er titre, j’avais trouvé ça pas mal mais le 2e me fait revoir un peu mon jugement!! Je n’aurai pas le temps d’en écouter plus là mais ça a l’air quand même intéressant!

  • Je ne déteste pas les atmosphères sombres (sinon, je ne sais pas ce que je ferais ici!), mais j’ai beaucoup plus de difficultés avec le metal…
    P.S. : rien à voir, mais j’aimerai connaître ton avis sur Nico, une des premières de l’ère moderne à jouer avec les ombres, non?

    • Rabbit :

      Les éléments metal sont somme toute assez discrets ici… d’ailleurs Babalith m’a dit qu’il s’était fait jeter en le postant sur des forums metal, aha !

      Nico j’aime beaucoup, en particulier The Marble Index. Effectivement à l’époque il fallait flirter avec le classique contemporain, les minimalistes et le krautrock naissant pour retrouver ce genre d’humeurs.

      Merci à toi de passer en tout cas !

  • « Desertshore » est au moins aussi sublime. ça me fait beaucoup de bien de lire ta réponse!