Monotrio / Synthetic Silence

Opportunity

Label(s) : GV Sound
Sortie :


Share on Facebook0Tweet about this on TwitterEmail this to someone
Comment ne pas revenir encore et encore au netlabel russe GV Sound quand chaque mois y recèle son lot de totales réussites, toujours en libre téléchargement ? Cette fois, à défaut d’avoir eu le loisir d’explorer en entier la gargantuesque compilation Deep In Space Vol​. III que vient de lâcher l’écurie des Astral & Shit, Paul Minesweeper, Rec008 ou autre Item Calligo, et sur laquelle on retrouve notamment des inédits de l’excellent A Bleeding Star et d’Emerald Rustling dont on reparlera bientôt, on décolle pour une galaxie aux lois physiques bien différentes de celles qui nous régissent, en compagnie d’Alex Ander/Monotrio et Ilya Ryazin/Synthetic Silence, Russes de leur état comme la plupart des pensionnaires de cette humble structure au rythme de publication stakhanoviste.

Au programme, six titres en collaboration plus un morceau chacun histoire de cerner qui fait quoi : à Synthetic Silence les fantasmagories ambient ténébreuses et grouillantes de fields recordings déformés, à Monotrio le drone kosmische foisonnant de blips futuristes et abstraits. Deux facettes qui commencent par se jauger sur l’épuré [вьери] (ne nous demandez pas comment ça se prononce) avant de se défier sur [BAKa] où basses fréquences rampantes et distorsions stellaires prennent tour à tour le dessus dans un ballet de grondements saturés et de pulsations aux élancements aigus, puis de se phagocyter l’une l’autre sur un [snow – pulses] en constante mutation, étrange cut-up psychédélique dont les samples d’une autre dimension passés au filtre analogique jouent une drôle de pièce de théâtre gothique dans le cratère polaire d’une lune oubliée.

Passé [Океан ЖЖЖжжжжжжж — 7], odyssée cosmique sans queue ni tête évoquant l’errance de quelque vaisseau spatial dont l’AI aurait perdu la boule, puis les deux partitions solo de nos excentriques astronautes en quête d’un terrain d’entente, il faudra donc attendre le final [Caterpillar] pour voir les deux univers s’interpénétrer dans un foisonnement de lignes hypnotiques et baroques où chacun parvient enfin à dompter les élans de l’autre, crissements synthétiques discordants agencés en boucles géométriques et bourdonnements magnétiques suintant en flux constants leurs radiations obsédantes. Brillant.


Télécharger Monotrio / Synthetic SilenceOpportunity

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.